FERMER LA FENETRE


QUELQUES LIEUX REMARQUABLES DE L’HISTOIRE DE NANTES
Si vous arrivez à Nantes par le Sud, après avoir traversé la Loire, vous découvrirez un joli raccourci de son histoire. Symbolisé par ses tours : celle des anciennes usines LU édifiée en 1914, un pavillon”belle époque”circulaire à dôme, récemment restaurée par la ville, puis trois autres tours reliées entre elles par une courtine, celles du château fortifié de Nantes.

_________________________________

L'USINE LU
Les biscuiteries LU, des initiales de son créateur Louis Lefèvre-Utile, ont une place toute particulière dans le cœur des nantais. Et pour le moins parce qu'elles ont su communiquer depuis 1848 la prospérité industrielle de la ville loin de ses fortifications. Elles abritent désormais le Lieu unique, scène culturelle nationale.
_________________________________
crédit photographique:
Office de Tourisme de Nantes Atlantique / Gaël Arnaud

LE CHÂTEAU DES DUCS DE BRETAGNE
Et pour comprendre cette vitalité économique il faut se souvenir que Nantes a été, au plan politique le siège du duché de Bretagne et, au plan géographique un port d'estuaire, de ceux qui vivent au rythme du marnage, qui ramènent des mers lointaines leurs cargaisons et leurs cultures.
Aussi c'est par le château des ducs de Bretagne que vous pourrez entamer votre balade dans le Nantes historique.
En 1472, Jean V, devenu duc de Bretagne, demande à Mathurin Rodier, architecte de la cathédrale, d'ajouter quatre tours au château de la Tour Neuve sur les douves de l'Ouest. Sa fille Anne de Bretagne achèvera les travaux par l'extension des remparts au sud, au croisement du gothique et du style Renaissance.
_________________________________
crédit photographique:
Office de Tourisme de Nantes Atlantique / D Barbaud

L'ÎLE FEYDEAU ET LE QUAI DE LA FOSSE
Si vous longez son enceinte en se dirigeant vers l'Ouest, vous traverserez l'île Feydeau avant d'arriver au port.
C'est au XVIIIe siècle que le négoce fluvial place la ville parmi les plus prospères de la France de l'Ancien Régime grâce à la compagnie des Indes, puis au commerce antillais. Mais Nantes est surtout le premier port négrier de France au XVIIIe siècle, et l'un des premiers à l'échelle mondiale.
À partir de 1800, le commerce du coton, mais surtout du sucre lui assure l'essentiel de son activité. Les usines Béghin Say, créées en 1818, en témoignent encore aujourd'hui sur la rive Sud de l'île Beaulieu.
À la fin du XIXe siècle, les chantiers navals vont connaître un essor remarquable : entre 1897 et 1902, 200 grands voiliers y prendront leur premier départ. Parmi eux le Belem, dont Nantes est restée le port d'attache et que l'on peut parfois voir au bout du quai de la fosse.
Cette prospérité économique va se traduire au XVIIIe siècle par le faste architectural de l'île Feydeau, baroque et exubérant. Des hôtels particuliers aux façades galbées, ornées de caryatides et de mascarons qui parlent de l'Inde ou de l'Afrique, du fleuve et de l'océan. Le tout forme un ensemble architectural très élaboré qui a surgi en dix ans au milieu du siècle.
_________________________________

NANTES, “VENISE DE L’OUEST”,…
a dû pourtant combler en partie les cours et affluents du fleuve...Dès le début du XXe siècle les dragages de la Loire et de l'Erdre fragilisent les fondations des quais et des immeubles riverains, du château au quai de la fosse.
Aussi de 1926 à 1938, les deux bras nord de la Loire qui ceinturait l'île Feydeau sont remplacés par de vastes terre-pleins.
Après la guerre, on décide de combler le cours Franklin Roosevelt de manière à faciliter la circulation du centre de la ville, puis celui des cinquante otages (baptisé ainsi en hommage aux prisonniers fusillés par les occupants en 1941, en réponse à l'assassinat d'un officier allemand par les forces résistantes).
C'est pourquoi désormais vous pouvez vous rendre à pieds de l'île Feydeau à la place du commerce, vers le Nord, puis longer la façade de la Bourse où s'est installée récemment la Fnac. Vous êtes alors à deux pas du passage Pommeraye.
_________________________________
crédit photographique:
Office de Tourisme de Nantes Atlantique / V Sarazin

LE PASSAGE POMMERAYE
Du nom de son promoteur le notaire Louis Pommeraye, il est édifié entre 1840 et 1843.
Son concept, directement inspiré des anciens marchés romains et du Moyen-Orient, propose une rue couverte et commerçante.
Son dénivellement à la mode parisienne, ses statues allégoriques surmontées d'ampoules électriques, ses motifs floraux en font l'un des plus beaux témoins du style néo-classique du XIXe.
_________________________________
crédit photographique:
Office de Tourisme de Nantes Atlantique / V Sarazin

LA PLACE ET LE THÉÂTRE GRASLIN
En haut du passage Pommeraye vous arriverez rue Crébillon, au point d'abouchement de la rue Boileau, où se trouve notre hôtel, et où étaient installées il y a un siècle les premières boutiques des biscuiteries LU. Vous pourrez alors par exemple, comme les Nantais aiment le faire, crébillonner jusqu'à la place Graslin, épicentre de la ville haute.

Son théâtre est l'œuvre de Jean-Jacques Graslin, receveur des Fermes, à qui l'on confie à partir de 1760, la valorisation des quartiers ouest. Caractéristique par ses huit colonnes corinthiennes, il ouvre ses portes aux spectateurs nantais en 1789. Il fait face depuis le début du XXe siècle à la brasserie La Cigale, dont la décoration intérieure”Modern Style”, réplique voulue de la Brasserie Lip de Paris, a su demeurer intacte.

La place est prolongée par le cours Cambronne, édifié par Crucy après la Révolution.

Vous pourrez y flâner à l'ombre des platanes centenaires où profiter de ses bancs pour parcourir des yeux l'alignement écru des façades de Tuffeau. Leur éclat est celui des pierres de taille calcaires qu'on retrouve sur les quais, comme dans de nombreuses rues de Nantes.
______________________
crédit photographique:
Office de Tourisme de Nantes Atlantique / A Delaporte

 

HAUT DE PAGE FERMER LA FENETRE